YOU : la série qui dérange

1 min read

La série américaine diffusée sur Lifetime est arrivée le 26 décembre sur Netflix.

Résultat de recherche d'images pour "you netflix"

Synopsis officiel

Obsédé par une étudiante rêvant de devenir auteur, un charmant libraire tente par tous les moyens de s’immiscer dans la vie de la jeune femme.

Mon avis

Porté à l’écran par Penn Badgley (Joe) et la renversante Elizabeth Lail ( Guinevere), ce thriller amoureux est une belle surprise malaisante.


La série nous emmène du côté de Joe, jeune bibliothécaire “légèrement” sociopathe qui nous emporte dans sa folie. On le voit dresser le profil de sa cible en mixant enquêtes sur les réseaux sociaux, filatures et violation de domicile. Son seul but : faire que sa rencontre fortuite à sa librairie se transforme en véritable love story.

A noter que les seconds rôles sont intéressants et Joe étudie avec attention l’entourage de Guinevere. On y retrouve notamment un stéréotypes de notre époque : l’influenceuse mal dans sa peau en mal de notoriété mais aussi une héritière possessive pas loin de voler la palme du détraqué de l’année à notre protagoniste. La relation également entre Joe et son jeune voisin Paco (interprété par Luca Padovan) apporte un regard différent sur Joe et notamment sa capacité à être empathique.

Là où le malaise arrive, c’est que l’on se prends au jeu. Bien que grandement dérangé, c’est en lui que l’on s’identifie et l’on finie par trouver son comportement presque normal. Evidemment, il ne s’agit que d’une série, mais l’on peut s’inquiéter de la normalisation de ce type de comportement et de l’impact que cela peut avoir sur les plus influençables.

En dehors de ça, la série reprends les codes de la comédie romantique avec une bande son dans le thème. A noter tout de même la présence dans l’OST, de quelques très bons titres.

Bien que par de nombreux aspect la série soit improbable, elle réussit à nous embarquer dans l’esprit dérangé de Joe.

Bref, YOU est à voir pour se faire son propre avis, tout en ayant en tête que même si cela semble facile et normal, le stalking est certainement l’un des plus grand maux de notre génération.

Bande annonce