Captain Marvel

5 min read

Le Marvel Cinematic Universe (MCU pour les intimes) voit arriver sa première vrai héroïne incarnée par la géniale Brie Larson.

En quelques mots

Le film retrace l’histoire de Carol Danvers qui, dans les années 1990, devient l’une des héroïnes les plus puissantes qui aient jamais existé, lorsque la Terre est atteinte par un conflit galactique entre deux races extraterrestres, les Kree et les Skrulls.

Une nouvelle recrue pour le MCU

Captain Marvel est le 21ème film de la saga initiée en 2008. Il aura ainsi fallu près de 11 ans pour qu’une femme prenne la tête de l’affiche.

Cette nouvelle héroïne incarnée par Brie Larson s’inscrit dans la lignée des derniers héros de la franchise. En effet, les derniers films de la maison des idées se rapprochent peu à peu d’une certaine réalité et permet ainsi à un plus large public de s’identifier à ses héros. Ainsi, avant un premier rôle féminin c’est au Wakanda avec Black Panther que Marvel a (avec succès) introduit son premier super héro noir.

Captain Marvel est un épisode charnière dans la saga et a pour rôle d’atteindre 3 objectifs

Origin Story

Etape incontournable, la quasi totalité des héros majeurs de l’univers y sont passés. Le premier film autour d’un personnage est destiné à poser son identité : valeurs, motivations, son histoire, ses soutiens mais également ses ennemis. Ainsi on a eu l’occasion de le voir au fil des films avec plus ou moins de succès : le génial Iron Man (2008), le raté Incroyable Hulk (2008) ou le bof Thor (2011).

Ainsi Captain Marvel ne déroge pas à la règle et pose le cadre : le film ancré dans les années 90 nous présente l’histoire de Carol Danvers qui se retrouve à mener une guerre qui a la base n’était pas la sienne. Au fil du film nous découvrons sa personnalité de battante.

Servir de joker narratif

La fin d’Avengers : Infinity War ne laissait rien présager de bon jusqu’à ce que Nick Fury ne déclenche une balise envoyant un SOS à une certaine Captain Marvel (ce que l’on pouvait deviner grâce au logo sur l’émetteur).

Et oui, situé à quelques semaines de la sortie du ultra attendu Avengers : Endgame, là où le précédent Avengers nous a laissé sur un terrible cliffhanger, l’arrivée d’une héroïne sur-puissante dans l’univers devrait permettre de rebattre les cartes et apporter un peu de lumière à nos très chers Vengeurs, décimés et plus que déprimés.

Prévoir l’après

Avengers : Endgame signera la fin de la phase III du MCU et ainsi d’une époque de 22 films en 11 ans.

L’introduction de ce personnage n’est pas anodin, et il est fort à parier que Brie Larson enfilera dans l’avenir à plusieurs reprises son costume high tech de super héroïne.

Un casting de choix et des effets visuels dingues

Le rôle titre : Brie Larson aux commandes

Âgée de 29 ans, Brie déjà oscarisée Meilleure Actrice en 2016 pour son rôle dans Room a vu depuis sa carrière décoller. Avec un blockbuster déjà au compteur (Kong: Skull Island en 2017), arrive donc pour incarner la nouvelle femme forte de l’univers Marvel.

Je l’avais découverte en éducatrice spécialisée dans l’excellent (et pas très joyeux) States of Grace où elle côtoyait entre autre Rami Malek (Mr. Robot, Bohemian Rhapsody).

Loin de ses précédents rôles dramatique (plutôt film d’auteurs), le challenge est pour moi pleinement relevé dans ce blockbuster. Sans tomber dans le cliché et avec la dose d’humour que l’on connait aux Marvel elle réussit à naturellement s’imposer.

Une nouvelle héroïne qui va squatter nos écrans pendant un certain temps.

Un Samuel L. Jackson avec quelques années en moins

On ne présente plus ce grand monsieur du cinéma. Passant des films cultes de Tarantino (Pulp Fiction, Kill Bill…) à XxX ou bien par un petit Star Wars, il aura tout fait.

C’est donc tout naturellement qu’il est présent depuis le tout début du MCU. Il incarne ainsi Nick Fury, membre du Shield et fondateur d’un certain groupe appelé.. Avengers.

Dans Captain Marvel on a l’opportunité de découvrir plus grandement le personnage. Véritable acolyte de Carol Danvers, c’est donc un Nick Fury des années 90 que l’on découvre à l’écran. Rajeunit grâce aux effets spéciaux, il retrouve les traits de lui plus jeune.

Se rapprochant par instant du buddy movie, le duo Samuel L. Jackson fonctionne bien et apporte du rythme à l’histoire.

Une bande son so 90’s

Il aura fallu attendre pas mal d’années dans le MCU pour voir apparaître une vrai bande son sortant du simple thème musical.

Les Marvel étant pensés comme des « produits » faciles à digérer, il aura fallu attendre longtemps pour qu’une bande son sorte réellement du lot.

En dehors du fabuleux thème d’Alan Silvestri de apparu dans le premier Avengers de Joss Whedon (ces quelques notes ancrées dans notre subconscient de fans filant des frissons à chaque fois), les thèmes des autres franchises sont longtemps restées assez lisses.

Finalement, je crois que le réel déclic est arrivé par James Gunn avec les Gardiens de la Galaxie où la bande son jouait un rôle central dans le propos du film (et une bande son géniale). Concernant la bande son, mention spéciale avec Thor Ragnarok qui a réussi à intégrer avec talent la surpruissante et intemporelle The Immigrant Song de Led Zeppelin.

Bref, revenons à ce qui nous occupe : la bande son 90’s de Captain Marvel. L’histoire étant ancrée dans les années du grunge et rock garage, le son de l’époque accompagne le style rétro des protagonistes.

Les musiques ont le super pouvoir (c’est la thématique) de rappeler des souvenirs, et pour moi, c’est la période collège/lycée qui est remontée.
Petite sélection nostalgie entendu dans le film.

Garbage – Only Happy When it Rains

R.E.M. – Man On The Moon

Nirvana – Come as you are

Féministe avec justesse

C’est l’écurie DC Comics qui avait dégaîné en 2017 la première super-héroïne « engagée » avec Wonder Woman. Le film porté par Gal Gadot et réalisé par Patty Jenkins avait connut un très gros succès critique et populaire (800 Millions de recette).

Pour ma part Wonder Woman m’avait laissé sur ma faim, en dehors d’une Gal Gadot au top de sa forme, on a pu retrouver les faiblesses des DC et le scénario trop prévisible et lisse.

Gal Gadot en Wonder Woman (2017)

Captain Marvel arrive donc presque 2 ans après et étant le premier Marvel avec comme protagoniste une femme, le film était très clairement attendu au tournant.

Sans rentrer dans le débat, mon avis est que Captain Marvel porte avec plus de justesse et de naturel ces valeurs là. Au fil du film il est fait état du combat et de la lutte qu’a pu connaître Carol Danvers et ses amies au fil du temps, mais très rapidement ce qui est valorisé c’est que Carol, femme ou pas, est juste badass. Naturellement, elle porte ses combats et le fait qu’il s’agisse d’une femme s’efface rapidement de l’équation. Ce qui en mon sens est bien plus valorisant.

Loin de moi l’idée de porter un jugement sur les tenues, mais en général les films s’appuient énormément sur la sexualisation de la femme comme outil marketing et cela passe par le costume des actrices.

Je vous laisse vous faire votre propre avis entre Wonder Woman et Captain Marvel :

Et après ?

L’arrivée de cette nouvelle héroïne chez Marvel annonce l’après. Le film nous fait découvrir une Carol Danvers au caractère bien trempé et surtout aux pouvoirs quasi illimité. De quoi rendre les Iron Man, Hulk ou même Thor bien lisse fasse à autant de puissance.

La suite de la bande de super héros que nous suivons depuis plus d’une décennie va être tracée dans le très prochain Avengers : EndGame.

Sans être le film de l’année, Captain Marvel est tout de même une pièce maîtresse du MCU à voir avant d’attaquer le très attendu Avengers Endgame.