Once Upon a Time… in Hollywood

1 min read

Le dernier Tarantino a fait impression à Canne avant cet été et est désormais dans les salles obscures. L’accueil du grand public est plus que divisé, et ça se comprends Tarantino va là où on ne l’attendait pas.

Synopsis

En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.

Leur route croisera celle de Sharon Tate, Roman Polanski et d’un certain… Charles Manson.

Mon avis

C’est très long ! Le style, la photo, les acteurs tout est là mais… 2h45 de film c’est beaucoup trop long pour aussi peu de rythme.
Il y’a deux passages dans le film marquant : l’échange avec Bruce Lee et les 15 dernières minutes qui constituent le climax du film où l’on retrouve notre cher Tarantino tel que l’on peut l’aimer : violent et fun.

De mon point de vu, Tarantino se complet dans un cinéma qu’il adore. En ce sens, le film doit être apprécié par les plus cinéphiles fan des années 60 où il y a bon nombre de références (que personnellement je n’avais pas).

Sinon, Di Caprio et Brad Pitt sont comme à leur habitude impeccables dans leurs rôles respectifs.
Mention spéciale pour Margot Robbie incarnant Sharon Tate. Elle dégage un magnétisme fou, dès qu’elle apparaît à l’écran. C’est assez dingue.

Ma relation avec Tarantino a toujours été compliquée : soit j’adore soit je m’ennuie. Celui-ci rentre dans la seconde catégorie. Trop peu de rythme et un scénario bien trop léger pour une oeuvre de 2h45. Bref, c’est à oublier.

Si jamais vous souhaitez tenter tout de même l’aventure, pensez à réviser l’histoire de Charles Manson, Sharon Tate et celle de Roman Polanski !